L’évolution de l’agriculture

L’agriculture procède à la mise en culture de la terre ou des animaux à des fins de production. Remontant à des temps immémoriaux et ne cessant d’évoluer en parallèle des technologies, les métiers et les techniques de l’agriculture n’ont désormais plus rien de comparable à ce qu’elles étaient auparavant.

les origines de l’agriculture

On situe les origines de l’agriculture il y a plus de 10 000 ans avec trois centres primaires pour les plantes cultivés :

– Au Moyen-Orient pour le blé et l’orge

– En Méso-Amérique avec l’apparition des premières plantes cultivées comme le piment rouge ou la courge.

– Enfin la Chine notamment avec le millet et le soja. Le riz fera son apparition 5000 ans plus tard.

La transition d’une économie vivrière, c’est-à-dire fondée sur la chasse, la pêche et la cueillette), à une économie agricole et d’élevage, où l’Homme intervient dans les cycles naturels de la biomasse par exemple la reproduction et la sélection des espèces, est communément appelée la révolution néolithique. On distingue plusieurs grands foyers de domestication. Ainsi en Amérique centrale se sont développées des cultures telles que le maïs, le haricot, la courge, la tomate, la pomme de terre, le tabac, et de nombreuses autres cultures végétales. L’Afrique fut le foyer de domestication du mil, sorgho, millet, et l’Asie de l’Est du riz. En Nouvelle-Guinée, les peuples papous cultivent la canne à sucre et certains légumes-racines depuis environ neuf mille ans. L’agriculture se diffuse en Europe il y a environ 8 500 ans selon deux modes possibles : adoption progressive de proche en proche par un nombre de plus en plus élevé de populations de chasseurs-cueilleurs après des premiers contacts avec des agriculteurs du Moyen-Orient ; arrivée en Europe d’agriculteurs migrants du Moyen-Orient qui y apportent leurs techniques, ce dernier mode étant actuellement privilégié par les chercheurs en paléo génomique.

Le premier stade du développement fut souvent celui de l’agriculture sur brûlis, consistant à défricher une parcelle par le feu (permettant un enrichissement du sol), puis de la cultiver un ou deux ans, avant de laisser la nature reprendre ses droits. Ce processus est réitéré, ailleurs, l’année suivante.

 

machine_laureau copie

« Dès 1946, l’agriculture devient dans de nombreux pays une industrie. »

La modernisation de l’agriculture

Pendant plusieurs siècles l’agriculture est autonome, elle fournit à l’agriculteur la nourriture qui lui est nécessaire à lui et à son entourage pour survivre. Les techniques sont rudimentaires même si elles mettent en œuvre des procédés chimiques comme l’engrais. Cependant dans la seconde moitié du XIXème siècle, l’agriculture va fondamentalement évoluer avec l’introduction d’engrais minéraux et l’implication de véhicules à moteur dans le travail de la terre. Les rendements vont être alors décuplés.
Dès 1946, l’agriculture devient dans de nombreux pays une industrie, qui non seulement assure les besoins de l’exploitant, mais fournit un surplus destiné à couvrir les besoins de la population non agricole ainsi que l’exportation. On parle d’agribusiness. Subventionnée par la PAC, l’agriculture européenne est même victime de crises de surproduction, tandis que la filière agroalimentaire détermine en partie l’avenir du secteur.
L’intensification agricole débute dans les années 60 et est connue sous le terme de « révolution verte ». Mais en raison des gains en productivité importants, le pourcentage de la population agricole mondiale diminue fortement dans les pays développés.
L’agriculture d’aujourd’hui repose sur des concepts fondamentaux, basés sur la fiabilité et la rapidité d’action. Les problèmes combinés telle que la chute inattendue du rendement ou l’augmentation brusque de la température ne se résolvent qu’avec une bonne maîtrise rationnelle de tous les éléments constitutifs du système de production.

Un travail futur dans l’agricole

Les exploitations grossissent afin de faire des économies d’échelle, ce qui implique, en proportion, plus de salariés et des emplois plus qualifiés. Les besoins sont particulièrement élevés dans l’élevage porcin et bovin, la production fruitière, l’horticulture, le maraîchage, l’arboriculture et la viticulture. Du côté de la fonction commerciale, mal considérée, on a du mal à attirer les candidats. Pourtant, il y a une forte demande de très bons techniciens -doublés de bons commerciaux, notamment dans les entreprises d’agrofournitures qui, pour justifier leurs prix élevés, intègrent à leurs produits des services, du conseil ou de l’accompagnement technique.
Afin de travailler dans le monde agricole, le BTS est toujours favorisé même si aujourd’hui une licence peut être également visée et peut permettre une reconversion par la suite.
Le métier d’agriculteur évolue en fonction de son environnement, c’est-à-dire ses consommateurs, mais aussi son territoire et les politiques locales, nationales et européennes.

Ces offres d’emploi devraient vous intéresser

Offre d’emploi agricole

Découvrez toutes nos annonces d’emploi dans le secteur de l’agriculture

Offre d’emploi conseil agricole

Toutes les offres d’emploi dans le secteur du conseil agricole